Pays - Countries
 

23 Juin LE JOURNAL D’UN ORPHELIN DU CONGO (Jean marc Henry)

« Je m’appelle Bienvenue, je suis né il y a environ 11 ans à Brazzaville au Congo, enfin je crois.

pt77672 Je me souviens quelques visages, qui m’ont donné du pain et un recoin pour dormir quand je ne le trouvais pas moi-même, jusqu’au jour où j’ai été déposé devant la modeste demeure de ma bienfaitrice, Sœur Virginie.

A partir de ce jour, mes journées deviennent d’une douce monotonie, mais c’est tellement rassurant. On se lève aux aurores pour attraper le bus de l’école, on apprend la vie en communauté, la discipline, à faire notre  lit… Puisque désormais, j’en ai un à moi.

Au départ, nous sommes trop jeunes pour réaliser à quel point l’aide de Sœur Virginie nous est précieuse, à quel point elle y met tout son cœur et toute son âme, à quel point nous lui devons tout.
Mais nous grandissons, et elle, elle vieilli et s’épuise. Elle ne manque jamais de gagner l’argent avec les produits frais qu’elle revend au marché. Ne gardant que le strict minimum pour elle-même, elmere superieure congole nous élève comme ses propres enfants à tel point qu’in en fini par oublier que nous sommes les orphelins du Congo…

Régulièrement, de personnes et associations nous viennent en aide, en nous apportant des vêtements, des fournitures scolaires, et de la nourriture. Mais l’un d’entre eux m’a particulièrement marqué : un français du nom de jean Marc Henry.

 

Le lendemain, nous avons revêtus nos plus beaux vêtements et nous l’attendons de pied ferme. Aucun d’entre nous n’ira travailler dans les puits de pétrole, et s’il faut nous nous battrons !! La tension monte et même les plus jeunes sont attentifs. Pourtant, Sœur Virginie est Les plats sont livrés par des hommes qui débarquent d’un camion blanc à la tombée de la nuit. resplendissante semble paisible. Le monsieur arrive dans une grosse voiture noire, et elle l’accueille tout sourire en lui serrant les deux mains.  Puis chacun reprend progressivement ses occupations, l’homme fait le tour de notre orphelinat, je le vois discuter longuement avec Sœur Virginie.  Il est d’un calme incroyable avec nous, même s’il fume beaucoup et que son téléphone sonne sans cesse.  Il s’adresse à nous comme s’il n’était pas  un étranger. Finalement, je pense que personne ne sera forcé de Les plats sont livrés par deshommes qui débarquent d’un camion blanc à la tombée de la nuit.travailler dans les puits de pétrole. Ma surprise arrive à son apogée lorsqu’il s’adresse à mon ami Rodrigue : « et ça te plait l’école ? » Question à laquelle il  lui répond sans même une hésitation : « Oui m’sieur, mais je suis pas très fort pour compter ».

A la fin de la journée, nous mangeons tous ensemble. Les plats sont livrés par des hommes qui débarquent d’un camion blanc à la tombée de la nuit. Le repas est incroyable, comme nous n’en avons pas eu depuis longtemps !!  Je les entends parler, avec sœur Virginie, de RIB, de banque, et d’un versement de 40 millions de francs pour l’orphelinat ne manque de rien dans le futur. Je comprends alors qu’il y aura d’autres repas comme celui-ci, que le bus qui nous amène à l’école sera toujours présent et que nous aurons de nouveaux vêtements….  A la suite de cela,  Jean Marc Henry  Grâce à Jean marc henry, Le repas est incroyable, comme nous n’en avons pas eu depuis longtemps !!disparait, sous les nombreux remerciements de Sœur Virginie, escorté par plusieurs d’entre nous jusqu’à sa grosse voiture noire.

Quelques semaines plus tard, des cartons arrivent, chargés de choses utiles que Sœur Virginie ne pouvait pas toujours nous acheter avec ses petits moyens. Tout le monde était heureux. Le bus de l’école n’a plus oublié personne. Nous avons mangé à notre faim. Et surtout,  Sœur Virginie est devenue sereine….

Je suis fier d’avoir été en âge de  comprendre l’importance de cette chose qu’il a faite pour nous, ce Jean marc Henry. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’il n’est pas revenu voir le résultat de son geste. Rodrigue m’a dit que «l’important c’est le roi du pétrole soit venu et que maintenant il est bon en maths. Pour ma part, j’espère le revoir un jour, peut être que finalement j’irai travailler dans les affaires pétrolières si on m’en donne la chance.

Le Financement d'un Orphelinat du Congop par Jean Marc Henry

Le Financement d’un Orphelinat du Congo par Jean Marc Henry

Bienvenue. »

19 Comments
  • Alyssa Milona
    Posted at 20:02h, 26 juin Répondre

    Je trouve ça vraiment bien, c’est une belle histoire ça m’a toucher

  • Reniman
    Posted at 20:31h, 26 juin Répondre

    Belle action. Je RT

  • Jean Charles Saurrick
    Posted at 15:12h, 03 juillet Répondre

    Belle histoire, belle action. J’ai été au Congo, je sais de quoi tu parles

  • Jolie Mome
    Posted at 18:25h, 07 juillet Répondre

    J’aime, bravo Bienvenue et jean marc henry = )

    • Jean Marc Henry
      Posted at 18:47h, 13 juillet Répondre

      Parfois les histoires romancées rendent les vérités plus faciles 😉

  • Jasper Germain
    Posted at 10:56h, 08 juillet Répondre

    C 1 peu tro romancé a mon gout mais belle histoire quand meme

  • Fred Usher
    Posted at 12:15h, 11 juillet Répondre

    Un grand bravo à soeur Virginie …Il faudrait plus de femmes comme ça dans le monde !!!

  • Joanna V.
    Posted at 18:45h, 13 juillet Répondre

    vrmnt belle histoire :=)

  • Jean Marc Henry
    Posted at 18:48h, 13 juillet Répondre

    Merci à tous!

  • Chloé varennes
    Posted at 12:36h, 16 juillet Répondre

    il y a vrèment des enfant qui s’apel Bienvenue au Congo ou juste des orphelins ?

    • Jean Marc Henry
      Posted at 16:33h, 16 juillet Répondre

      Oui Chloé, c’est un prénom courant en Afrique et les parents le donnent aussi à leurs enfants 😉

  • Andrew Taycher
    Posted at 11:01h, 24 juillet Répondre

    I like the story, even if my french is not good enough to get it all. merci Jean marc henry

  • A QUOI DOIVENT SERVIR LES RESSOURCES DU PÉTROLE
    Posted at 01:22h, 15 septembre Répondre

    […] venir en aide à ces pays. J’ai déjà travaillé dans ce sens lors de mon intervention auprès de l’orphelinat Yamba Ngai  (Congo Brazzaville). Ces enfants doivent pouvoir se nourrir, s’instruire, et se loger. Il faut […]

  • Raluca
    Posted at 19:24h, 22 septembre Répondre

    You have a big heart! God bless you!

Post A Comment